N’utilisez plus jamais Facebook… Sauf comme ça !

mauvaise-utilisation-facebook

Les réseaux sociaux, vous vous en êtes rendu compte vous-même, c’est un puits sans fond. Un aspirateur de temps. Pire que ça, cela vous distrait de vos objectifs. Il y a trop de bruit, là-dedans. Les assiettes de Gérald au restaurant, les fines analyse politiques de Micheline, le dernier canular que tout le monde partage en commentant sans avoir vérifié sa véracité… Si vous arrivez à avancer vers vos objectifs après une séance comme ça, chapeau. Et si ça vous a en plus aidé, je vous paie des cerises !

Pourtant, il existe deux moyens d’utiliser correctement Facebook et consors. Deux. Pas trois.

1 – Garder le contact avec les gens distants

Les gens que vous connaissez ou avez connus sont peut-être loins. A l’autre bout du pays. Ou du globe. Vous avez peut-être émigré, ou étudié à l’étranger. Peut-être que votre famille et vos amis proches sont difficiles d’accès et que vous les voyez peu. Dans ce cas, utilisez Facebook comme un outil de lien. Du coup, inutile de partager la dernière manchette des Echos ou du Canard Enchaîné : votre page est là pour garder contact. Postez votre actualité, des photos de vous et de là ou vous vivez. Trier votre liste de contact et enlevez tous les gens ne correspondant pas à la définition « lointain mais cher ».

2 – Pas de « lointains mais chers » ? Faites de Facebook un outil de curation !

C’est en tout cas comme ça que j’utilise mon compte personnel. Malgré mon expatriation, j’utilise en général d’autres moyens de garder le contact (le téléphone/WhastApp, les emails, les invitations à venir passer un week-end chez moi…)

J’ai par conséquent arrêté de suivre (tout en restant ami…) presque tous mes contacts (je peux toujours cliquer explicitement sur un ami pour voir son actualité), hormis ceux qui postent quasi-exclusivement des choses qui m’intéressent et qui font partie de mes curateurs (mes amis d’école de musique par exemple). Puis j’ai liké/suivi toutes les pages des sites partageant les informations pertinentes pour moi (en ce qui me concerne, beaucoup de physique, d’astrophysique, de l’intelligence artificielle, quelques blogs, Yuval Noah Harari…), et suis entré dans quelques groupes (ce qui n’est pas toujours le plus pertinent, il faut bien regarder).

A présent, lorsque j’ouvre Facebook, ne s’affichent que des informations qui m’intéressent. C’est mon outil de curation, et ça me fait avancer dans mes propres projets.

Chaque pas compte pour vous diriger vers votre liberté !

    Libre Matt

    Matt a cessé de travailler à 41 ans, après avoir acquis son indépendance financière. Pas plus intéressé par ses emplois d'ingénieur que par l'idée d'être le plus riche du cimetière, il s'expatrie régulièrement en famille et vit librement ses passions.Il pratique donc de nouveau sa formation de doctorat (l'astrophysique), pratique la musique et en compose, tient un blog et plusieurs chaînes Youtube... Et, à temps partiel bien entendu, vous aide à vous libérer vous aussi grâce à ce site.

    Click Here to Leave a Comment Below

    Leave a Reply: