Les 7 types d’emplois, et comment choisir le vôtre

types de métiers

Être libre et être riche, ce n’est pas la même chose. Si l’on en croit Confucius, il suffit d’avoir un travail que l’on aime pour ne jamais avoir à travailler. Ce qui peut être une forme de liberation. Encore faut-il vous placer dans un contexte propice à votre épanouissement… C’est là qu’intervient mon modèle maison, estampillé Matt, sur les 7 types d’emplois.

Cette classification de mon crû consiste à vous mettre en adéquation avec votre balance interne sur l’échelle « sécurité-liberté ».

En règle générale, on gagne en liberté ce qu’on perd en sécurité, et inversement. C’est vrai au niveau de l’état (le préférez-vous très policier ou très libertaire ?) comme à votre niveau individuel. Attention, si vous avez besoin de beaucoup de sécurité, ce n’est pas en choisissant l’emploi le plus libre que vous aurez l’esprit le plus libre… Ce sera même l’inverse !

Classons donc mes 7 types en allant du plus sûr au plus libre.

Coté sécurité

1. Fonctionnaire. Pour perdre son emploi, il faut pousser. Par contre, n’espérez pas révolutionner quoi que ce soit… Au passage, si vous y entrez employé de bas étage, vous ne finirez jamais big boss (c’est à dire ministre).
2. Salarié d’un grand groupe. Ca ressemble à celui du dessus, avec un peu plus d’argent, un peu moins d’avantages, un peu plus de chance de pousser un projet un micropoil innovant, un peu plus de chances de perdre votre emploi suite à une fusion ou une faillite (ça demeure tout de même très modéré).
3. Salarié d’une PME. Moins de sécurité, mais la possibilité de toucher à tout et d’effectuer une carrière fulgurante si vous êtes à fond. Vous pouvez monter et prendre des responsabilités très diverses. On vous donnera votre chance pour changer de poste au vol, il ne sont de toute manière pas très figés. Une situation de marché, politique, internationale, ou une décision du boss, sur laquelle vous n’avez aucune prise, peut néanmoins couler la boîte en deux coups les gros.

Côté liberté

4. Entrepreneur (avec une structure juridique et des employés ; « l’auto-entrepreneur » n’en est pas un dans ce classement). C’est vous qui dirigez, c’est votre idée, ce sont vos employés. Mais vous avez levé des fonds, vous n’êtes pas forcément libre à 100%. Et plus la structure grossit, plus l’inertie existe.

5. Travailleur indépendant. Ici, il peut s’agir de free-lance, de profession libérale, de pigiste, d’artisan auto-entrepreneur… Vous choisissez où et quand vous bossez. Si vous prenez moins de contrats ou moins de clients, vous gagnez moins d’argent. Le médecin choisit les jours et heures d’ouverture de son cabinet…

6. L’intérimaire. Je classe dans cette catégorie les vrais intérimaires, dont certains (j’en ai connu) effectuent le choix d’être placé quelques mois (s’ils acceptent la mission), de toucher la prime de précarité en fin de mission, puis de rester chez eux quelques mois. Je classe aussi les intermittents du spectacle, qui peuvent bosser sur un ou plusieurs projet(s), puis une fois leurs heures accumulées peuvent se poser un peu sur leur statut d’intermittent pour par exemple développer leurs propres projets artistiques. Ils peuvent refuser les projets qu’ils n’aiment pas… Sauf lorsqu’ils sont à la bourre pour leur décompte d’heures.

7. L’auteur. Dans cette catégorie un peu vaste, je classe ceux qui vendent leur production intellectuelle ou artistique. Auteur de roman, philosophe, compositeur, peintre, réalisateur dans certains cas… Et même blogueur professionnel. 😉 La liberté est totale, on fait ce qu’on veut, en quantité désirée, où et quand on veut. La sécurité est quasi-nulle : sauf à être vraiment célèbre, et à bénéficier d’un nombre minimum « d’acheteurs » quoi qu’on fasse, lorsqu’on ne trouve pas son public, on ne touche pas un radis.

A vous à présent

Je vous suggère de vous placer sur l’axe « sécurité-liberté »… Et de changer de job le cas échéant, voire de vous reconvertir si besoin. Un faucon n’est pas heureux en cage, et pépère la pantoufle n’est pas heureux lorsqu’il saute en parachute…

Vous aimerez aussi
No related posts for this content

    Libre Matt

    Matt a cessé de travailler à 41 ans, après avoir acquis son indépendance financière. Pas plus intéressé par ses emplois d'ingénieur que par l'idée d'être le plus riche du cimetière, il s'expatrie régulièrement en famille et vit librement ses passions.Il pratique donc de nouveau sa formation de doctorat (l'astrophysique), pratique la musique et en compose, tient un blog et plusieurs chaînes Youtube... Et, à temps partiel bien entendu, vous aide à vous libérer vous aussi grâce à ce site.

    Click Here to Leave a Comment Below

    Leave a Reply: